Transport aérien : 28 Etats adhèrent au projet « Ciel unique africain »


Le Ciel unique africain, est l’un des projets majeurs de l’Union africaine. Il ne rencontre pas encore l’assentiment de tous les pays de l’organisation mais 28 d’entre eux ont déjà donné carte blanche à l’initiative. Sa concrétisation n’est donc plus qu’une question de temps. Le Ciel unique africain va améliorer les niveaux de service aérien, renforcer la concurrence entre les itinéraires ce qui entraînera des tarifs plus compétitifs.

Le projet « stimulera (aussi) le volume des trafics supplémentaires, favorisera le commerce, les investissements et d’autres secteurs de l’économie et entraînera un accroissement de la productivité et une augmentation de la croissance économique et de l’emploi, ainsi qu’une forte contribution à l’intégration africaine » explique le commissaire aux infrastructures et à l’énergie de l’Union Africaine, le Dr Amani Abu-Zeid. Signalons que le Ciel unique africain ou le Marché unique de Transport aérien en Afrique (MUTAA) a été acté à Yamoussoukro en 1999. Cette année-là, les pays africains ont adopté une décision qui libéralise les transports aériens en Afrique.

Lire aussi : Air Côte d’Ivoire, meilleure compagnie dans la zone CEDEAO-CEMAC en 2018

En 2015, une étude commandée par l’IATA (Association Internationale du Transport Aérien) et la Commission Africaine de l’aviation Civile (CAFAC), est venue rendre à l’initiative toute sa pertinence et son intérêt. Selon cette étude, en libéralisant les transports aériens entre 12 pays du continent (l’Angola, l’Algérie, la Namibie, le Nigéria, l’Ethiopie, l’Ouganda, l’Afrique du Sud, la Tunisie, le Ghana, l’Egypte, le Kenya et le Sénégal), plus de 155 000 nouveaux emplois vont être créés et le PIB va s’accroître de 1, 3 milliards de dollars. Le voyageur pourrait donc faire des économies tarifaires et jouir de plus de services directs.

Des inquiétudes subsistent...

Les autres pays qui n’ont pas encore signé l’engagement solennel à l’adhésion du marché unique de transport aérien en Afrique craignent que leurs compagnies nationales perdent des parts de marché à la concrétisation de ce projet. Ils sont aussi très inquiets de la concurrence déloyale qu’on pourrait observer, surtout dans un environnement compétitif.

Lire aussi : Transport aérien: Air Sénégal, 1ère compagnie africaine à déployer la connexion et les services mobiles en avion

Certains Etats trouvent aussi que des investisseurs européens pourraient financer la création de nouvelles compagnies aériennes. Ces derniers ayant une capacité d'investissement plus élevée, n’hésiteraient pas à mener une politique d’expansion agressive, craignent-ils. Les 28 pays africains qui ont approuvé le MUTAA à ce jour sont : le Bénin, le Botswana, l’Afrique du Sud, le Burkina Faso, le Cameroun, le Cap-Vert, la République centrafricaine, la Côte d’Ivoire, la République du Congo, l’Egypte, le Gabon, l’Ethiopie, la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Lesotho, le Kenya, le Mali, le Mozambique, le Libéria, le Mozambique, le Nigéria, le Niger, la Sierra Léone, le Tchad, le Zimbabwe, le Togo, le Swaziland.

#transportaérien #Afrique #Cielunique

LE SAVIEZ-VOUS ?

BESOINS QUOTIDIENS

99 % des besoins quotidiens sont transportés par Camion.

Si vous l'avez, c'est qu'un camion vous l'a apporté

Réseaux Sociaux

Événements